Maladie de Crohn

Le traitement par les eaux thermales de Plombières-les-bains

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) touchent plus de 250 000 personnes en France dont 25% ont moins de 18 ans et 23 nouveaux cas sont déclarés par jour.

Les MICI (dont la Maladie de Crohn et la Recto-Colique Hémorragique) font partie des priorités de la santé publique en gastro-entérologie du fait de leur prévalence en augmentation, de leur chronicité, de leur fort retentissement sur la qualité de vie des malades ainsi que de leur coût direct et indirect.

Comme en atteste le livre « Plombières Ancien et Moderne » de Haumonte (1905), déjà les Romains envoyaient les soldats à Plombières pour « renforcer les nerfs et réparer les os rompus ». Depuis 1857, les sources thermales de Plombières-les-Bains bénéficient d’une déclaration d’intérêt public et depuis 1929, d’un périmètre de protection. Dès 1935 à l’occasion du Congrés des Colites de Plombières puis en 1960 et en 1970 selon les thèses respectives des professeurs Pierre Baille et Jean-François Gury, la station de Plombières est reconnue pour son efficacité dans les affectations de l’Appareil Digestif.

Longtemps fréquentée par les Militaires anciennement implantés dans les colonies (traitement des Amibes), Plombières-les-Bains est aujourd’hui et depuis plus de 15 ans, une des rares stations thermales en France spécialisée dans l’accompagnement et dans les soins de patients atteints des MICI.

Les soins prodigués à Plombières pour le traitement des MICI  ont un effet de stimulation et de régularisation du transit intestinal avec une diminution constatée de la composante spasmogène, des douleurs abdominales et des diarrhées.

Les traitements médicamenteux lourds liés à ces pathologies peuvent dès lors être allégés et réduits. L’ensemble du corps médical de Plombières le confirme : “Nous n’avons pas la prétention de guérir ces maladies mais nous soulageons efficacement les signes fonctionnels”.

En complément des soins thermaux, l’équipe de Plombières propose un accompagnement par une diététicienne afin d’améliorer, pendant et après la cure, la qualité de vie du patient. Des séances de sophrologie sont également possibles sur demande à votre arrivée à la Cure. 

Baisse de prise médicamenteuse, véritable enjeu

Une étude de l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament) a été menée en collaboration avec l’AP-HP sur une large cohorte de 189 289 patients atteints de MICI et avec un suivi de 6,7 ans (médiane).

Publiée en Novembre 2017, celle-ci montre que les anti-TNFα tout comme les Thiopurines, sont associés à un risque de lymphome multiplié par 2 à 3 et jusqu’à 6 lorsque combinés. Même si, à l’échelle individuelle, le risque d’avoir un lymphome est faible, cela révèle à quel point la baisse de prise médicamenteuse est un véritable enjeu pour les patients atteints de MICI.

Chaque année, la station reçoit de nombreux témoignages de patients très positifs et des remerciements pour les bienfaits apportés par la cure thermale. 

Demande d’informations Cures : +33(0)3 29 30 07 14

ORIENTATION AD
Appareil digestif et troubles du métabolisme, MICI et maladie de Crohn
4 soins thermaux par jour

ORIENTATION AD + RH
Rhumatologie et séquelles de traumatismes ostéo-articulaires, fibromyagie
6 soins thermaux par jour : 4 soins pour l’orientation principale + 2 soins pour l’orientation secondaire

 

Les commentaires sont fermés.